Meilleur Newsgroup de l'année 2017 :

Usenet Server

14 jours garantie ou remboursé

Test Site

Est-ce qu’Usenet peut vous éviter la lettre Hadopi ?

En 2010, le piratage était encore un phénomène très récent. Les sites de torrent commençaient à apparaitre et il y avait peu d’internautes qui se précipitaient pour télécharger illégalement la dernière saison de leur série préférée.

Mais les autorités n’ont pas attendu l’avènement du piratage pour lancer Hadopi. Un lancement chaotique sans aucune mission claire et définie et le résultat est logique.

7 ans après, la lettre Hadopi dans sa riposte graduée est un véritable désastre sur le plan juridique et économique.

Dès le départ, Hadopi était voué à l’échec, car les mesures de lutte étaient trop faibles par rapport à l’avancée de la technologie en sachant que dans le même temps, des outils comme les Proxys et les VPN commençaient également à apparaitre.

Comprendre la riposte graduée et la lettre Hadopi

La lettre Hadopi fait partie de la seconde étape de la riposte graduée. Cette dernière est des mesures de l’autorité pour faire comprendre les dangers du piratage à un internaute.

Même si la lutte contre le piratage est devenue la seule priorité d’Hadopi de nos jours, l’organisation devait également promouvoir les offres légales et faire des études sur les DRM.

Ces deux aspects sont inexistants et la lettre Hadopi comme les autres sanctions sont devenues un véritable mantra chez Hadopi.

Comment Hadopi peut-elle vous identifier ?

Toute la sanction d’Hadopi se base sur l’identification de l’internaute par son adresse IP. Que vous utilisiez un ordinateur, un Smartphone ou un routeur, chacun aura une adresse IP fournie par votre fournisseur d’accès à internet (FAI).

Quand vous accédez à n’importe quel site, alors ce dernier est hébergé sur un serveur qui possède également une adresse IP. En fait, chaque connexion que vous faites se base simplement sur un échange des adresses IP.

L’objectif de la lettre Hadopi était louable. Si on peut identifier l’adresse IP d’un internaute en l’associant à un contenu piraté, alors il est coupable de piratage et la riposte graduée est déclenchée.

Mais comment Hadopi peut-il savoir que votre adresse IP a téléchargé un contenu piraté ? Et bien, c’est là qu’on doit comprendre la relation très proche entre Hadopi et les ayant-droits.

La plupart des contenus numériques que ce soit une musique, un jeu vidéo, un film, un livre électronique sont protégés par le DRM (Digital Right Management).

C’est comme une sorte de mouchard qui permet à l’ayant-droit de traquer le contenu sur le web. Si vous achetez un livre électronique sur Amazon et qu’il contient un DRM, alors l’ayant-droit peut savoir que c’est vous qui l’avez acheté avec la date et même le montant de l’achat. Le même principe s’applique aux oeuvres piratées.

Quand vous téléchargez une série sur The Pirate Bay, alors votre adresse IP est associée à cette série et comme l’ayant-droit traque cette oeuvre, alors il saura qu’un de contenus protégés a été téléchargé sur un site pirate.

L’ayant-droit possède votre adresse IP associée à son contenu et ensuite, il la transmet à Hadopi.

Notons que dans de nombreux pays, les ayants-droits font du lobbying monstrueux pour se passer des autorités comme Hadopi et ainsi, les internautes sont contactés directement par l’ayant-droit pour payer des amendes exorbitantes.

Le fonctionnement de la riposte graduée d’Hadopi

Une fois que l’ayant-droit transmet votre information à Hadopi, celle-ci va déterminer le compte de votre FAI associé à cette adresse IP et ensuite, elle lance la riposte graduée.

On voit tout de suite le problème. Si vous arrivez à masquer ou à modifier votre adresse IP, alors la lettre Hadopi est morte dans l’oeuf, car la Hadopi peut uniquement intervenir en France.

Si vous utilisez un proxy ou un VPN avec une adresse IP étrangère, alors elle n’a plus aucun pouvoir.

Mais de nombreux internautes utilisent leur propre adresse IP pour faire du piratage et c’est pourquoi, Hadopi a encore du pain sur la planche.

Notons que l’ayant-droit fournit l’adresse IP et le contenu associé qui a été téléchargé à la Commission de protection des droits (CPD) qui est une entité autonome au sein de la Hadopi.

Le CPD possède 2 mois pour statuer sur la validité de la plainte de l’ayant-droit même si ce délai se réduit de plus en plus ces derniers temps. Ensuite, on passe à la riposte graduée :

  • Le mail d’avertissement – Le mail d’avertissement est à la fois inoffensif et assez dangereux. Dans le mail, Hadopi vous avertira que votre adresse IP a été détectée pour du piratage avec le détail des accusations. L’organisation vous incitera à surveiller votre connexion internet pour éviter une utilisation abusive et elle vous informera sur les offres légales. Le mail d’avertissement est comparable à avoir dépassé la limite de vitesse sur la route et qu’un policier vous arrête, mais il vous donne simplement un avertissement verbal. Sauf que contrairement au policier, Hadopi possède désormais votre adresse IP et c’est pourquoi on dit que vous devez devenir très vigilant dès ce premier avertissement.
  • La lettre Hadopi – Les choses deviennent plus sérieuses. Si vous piratez de nouveau dans les 6 mois après le mail d’avertissement, avec la même adresse IP, alors cela passe de nouveau par le CPD qui déclenche la seconde étape qui est un nouveau mail d’avertissement et une lettre Hadopi recommandée. Étant donné que vous devez signer l’accusé de réception, c’est une preuve que vous avez bien compris le message. Cependant, la Hadopi fait des acrobaties sur la lettre Hadopi pour gonfler ses chiffres. Étant donné que cette lettre Hadopi en recommandé prend trop de temps, l’organisation envoie simplement les lettres sans attendre l’accusé de réception pour faire croire qu’elle est efficace contre le piratage.
  • Les poursuites pénales – Si au bout de 12 mois après la lettre Hadopi, vous avez encore été identifié pour du piratage, alors vous recevrez une nouvelle lettre Hadopi, mais cette fois, elle vous dira que vous êtes passible d’être trainé devant la justice. Ça fait peur, mais il faut nuancer. La Hadopi avait commencé ses activités en septembre 2010 et si on compte le dernier bilan en janvier 2017, alors la Hadopi nous propose une belle pyramide inversée :

8 millions de mails d’avertissement, 739 000 lettre Hadopi, 5 900 négligences caractérisées et 1 502 poursuites pénales. On voit que les poursuites pénales ne représentent même pas 0,1 % des mails d’avertissements.

De plus, Hadopi parle uniquement des poursuites pénales et non des condamnations. Et si vous n’avez pas de chance et que vous êtes condamné, alors l’amende maximale est de 1 500 euros.

Certains peuvent se dire que ce n’est pas très élevé, mais attention, c’est 1 500 euros par infraction. Donc, si vous avez téléchargé 20 épisodes de Game of Thrones, alors c’est 20 x 1 500 euros.

Si on regarde ces chiffres, alors on pourrait se dire que la lettre Hadopi et les autres sanctions ne sont qu’un épouvantail.

Sauf que les ayants-droits ont pris totalement le contrôle de cette autorité et qu’on peut vous parier que les sanctions vont devenir de plus en plus sévères et injustifiées dans le futur.

La négligence caractéristique indique que vous êtes coupable même si c’est quelqu’un d’autre qui a piraté le contenu.

Mais comment est-ce possible ? Si vous avez un réseau Wifi domestique et qu’un voisin l’utilise pour pirater, alors vous êtes coupable de négligence caractérisée.

Oui, c’est absurde, mais cela montre la tournure récente d’Hadopi dans la répression systématique.

Est-ce qu’Usenet peut vous protéger contre la lettre Hadopi ?

À partir de 2013, on a commencé à parler d’Usenet comme d’une solution définitive pour se protéger contre la lettre Hadopi.

Usenet est un réseau qui est plus vieux qu’internet et à la base, c’était une plateforme spécialisée dans les groupes de discussions.

Et même aujourd’hui, les Newsgroups sont le pilier d’Usenet. Pour accéder à Usenet, vous devez avoir un logiciel d’Usenet comme GrabIt ou Newleecher et un fournisseur d’accès payant et on peut citer par exemple Usenet Server, Newshosting et Giganews.

L’abonnement vous coutera de 10 à 15 dollars par mois selon le volume et la durée de rétention. Cette dernière est l’une des forces d’Usenet et elle garantit la disponibilité d’un fichier sur le réseau.

Si un fournisseur vous propose une durée de rétention de 1 000 jours, alors cela signifie qu’un épisode d’une série publié sur Usenet en 2017 sera encore disponible en 2020.

L’abonnement à un fournisseur payant vous garantit également une vitesse maximale et Usenet utilise la connexion SSL par défaut ce qui signifie que vos communications sont chiffrées par défaut.

Étant donné que des sanctions comme la lettre Hadopi utilisent votre adresse IP pour vous identifier, Usenet ne vous garantit pas un anonymat à 100 % parce que c’est impossible, mais c’est très, très difficile de vous identifier à cause du chiffrement.

Avec cette connexion chiffrée, il n’y a que 2 entités qui peuvent « voir » ce que vous téléchargez. Vous et votre fournisseur d’accès à Usenet.

Et le terme « voir » est exagéré, car votre fournisseur Usenet voit simplement l’activité de votre bande passante, mais il ne peut pas voir ce que vous téléchargez, les Newsgroups que vous visitez, etc.

Et Usenet est très populaire, car ses Newsgroups sont divisés en 2 genres qui sont le texte et le binaire. Et les Newsgroups binaires d’Usenet contiennent des films, des jeux vidéos, de la musique, etc.

Nous n’encourageons absolument pas le téléchargement illégal sur Usenet, mais imaginons que vous téléchargiez 2 épisodes de Game of Thrones d’une taille d’environ 2 Go et bien, votre fournisseur Usenet, grâce à la connexion chiffrée, ne peut pas déterminer si vous téléchargez des épisodes de GoT ou une distribution Linux.

Et n’oubliez pas, la lettre Hadopi a besoin d’associer votre adresse IP à un contenu illégal et s’il n’y a aucun moyen d’identifier le contenu, alors vous êtes à l’abri.

Usenet a beaucoup d’avantages, mais il faut s’y habituer, car il est totalement différent des sites de torrent ou de streaming où c’est très facile. Mais on peut se poser la question : Pourquoi payer pour Usenet alors que les torrents sont gratuits ?

Les sites de torrent vs Usenet

Oui, les sites de torrent et de streaming sont gratuits, mais si vous suivez l’actualité du torrent, alors le secteur fait la grimace. Les gros sites ferment les uns après les autres et on a toujours dû mal à trouver un nouveau bon site de torrent.

De plus, les fichiers et les publicités malveillantes sont très fréquents sur le torrent. Sur Usenet, vous avez également ces problèmes, mais on peut bannir rapidement des utilisateurs qui postent des fichiers douteux parce qu’on peut les identifier et de nombreux Newsgroups bénéficient d’une bonne modération.

Usenet existe depuis plus de 30 ans et il n’a jamais eu le moindre problème majeur et surtout, il y a toujours des milliers d’internautes qui l’utilisent chaque jour.

On peut contrer la lettre Hadopi avec des outils comme le VPN et c’est ce que tout le monde recommande, mais qu’est-ce qui se passe s’il n’y a plus de sites de torrent ? Même si la scène du torrent ne va pas disparaitre du jour au lendemain, il est important d’avoir une alternative pour maintenir un internet libre.

L’autre gros problème majeur avec le torrent est la lenteur des téléchargements. Si vous n’avez de fichiers torrents avec de bons Seeds, alors vous devrez attendre des heures avant d’avoir une vitesse convenable.

Sur Usenet, la vitesse est garantie par votre fournisseur et c’est même pour ça que vous payez. Toutefois, tout n’est pas rose sur Usenet.

Les ayants-droits commencent à s’y intéresser et on a vu quelques plaintes ici et là pour forcer les fournisseurs Usenet à révéler l’identité de leurs utilisateurs. Mais comme on l’a expliqué avec le chiffrement, cela reste encore très difficile, mais pas impossible.

Usenet n’est pas une solution miracle pour se protéger de la lettre Hadopi, mais avec la disparition progressive des sites de torrent et la sanction systématique des gouvernements, Usenet va devenir de plus en plus attirant dans les prochaines années.

Comme dans toutes les situations, il faut un plan de secours et Usenet est votre plan de secours pour se protéger d’Hadopi pendant de nombreuses années.

 

Share This